Des monstres gentils paradent à Antigel

Photo Maison Vaudagne

Programmation singulière, lieux insolites… Chaque année depuis sept ans, le Festival Antigel vient chahuter l’hiver genevois de ses créations originales. L’édition 2017 n’a pas dérogé à cette règle du brise-glace, bien au contraire.  En faisant défiler au point du jour, le samedi 4 février, de drôles de monstres inspirés des créatures légendaires et ancestrales, les organisateurs du festival ont avant tout créé du lien entre les Grottes et Meyrin. Le principe : petits et grands étaient invités à se costumer tout en poils, griffes et cornes. Plusieurs maisons de quartier et centres de loisirs situés le long du parcours se sont mobilisés. Yves Mesot, animateur à la Maison Vaudagne de Meyrin, revient sur les clés de cette « Monstrueuse parade » qui a rassemblé jusqu’à 450 personnes à son arrivée à Meyrin.

Comment est née l’idée de la Monstrueuse parade ?

Les organisateurs du Festival se sont d’abord adressés à la Ville de Meyrin avec l’envie d’organiser un carnaval. De fil en aiguille, Eric Linder, directeur d’Antigel, est venu nous voir pendant un évènement organisé à Vaudagne. Nous avons échangé et nous avons proposé une parade, qui nous semblait plus dans l’esprit genevois qu’un carnaval.

Des collaborations ont commencé à se mettre en place à Meyrin à travers la FASe et le Groupement intercommunal pour l’animation parascolaire, notamment avec le parascolaire, Transit (travailleurs sociaux hors-murs). Puis avec le CEFAM, un centre de femmes migrantes à Meyrin. D’autres maisons de quartiers ont été invitées et se sont jointes au mouvement.

Quelles sont les maisons de quartier qui se sont impliquées ? Quelle(s) activité(s) ont-elles organisé autour de la Parade ?

La Maison de quartier des Libellules et Païdos ont organisé des ateliers de fabrication de costumes de monstres pour les enfants et les adolescents. Marignac a tenu un stand de pizzas au point d’arrivée de la Parade à Meyrin Village et les adolescents et jeunes adultes suivis en réinsertion par Transit ont réalisé les chalets en bois qui ont accueilli les stands à Meyrin.

Sur le point d’arrivée à Meyrin, un concert était organisé dans le cadre du Festival.

Photo Maison Vaudagne

C’est la première fois que les MQ organisaient une activité dans le cadre d’Antigel. Pourquoi l’ont-elles fait ?

Des projets comme ceux-là sont des moteurs pour nous. D’abord parce qu’ils nous permettent de mélanger des populations d’horizons différents. Ensuite parce que la dimension intergénérationnelle y est également très importante. Car il ne faut pas oublier que le but de notre travail est tout de même systémique : nous prenons l’enfant dans sa globalité. Pour la Monstrueuse parade, nous avons fait travailler parents et enfants ensemble à la création de costumes.

Quel premier bilan en avez-vous tiré ?

Nous sommes partis des Grottes à 300 personnes et nous étions quelque 450 en arrivant à Meyrin Village. Pour une première, c’est plutôt réussi, non ? Le bilan est très positif. Nous avons vécu de belles choses pendant tout le processus, c’était réellement un beau projet collectif.

Renouvellerez-vous l’expérience l’année prochaine ?

Oui, nous sommes partants mais il faut aussi attendre le bilan officiel qui sera réalisé fin mars, ainsi que les enseignements qu’il faudra en tirer pour améliorer la prochaine édition. Par exemple, dans la collaboration avec les équipes d’Antigel dont le rythme et les contraintes ne sont pas les mêmes que celles des acteurs de l’animation socioculturelle. C’est un apprentissage mutuel.

Mais au final, cette manifestation est un très bel outil. Organiser une parade interculturelle, ça parle à tout le monde et ce type de projet entre pleinement dans la mission d’une maison de quartier : la rue est fédératrice de beaucoup de choses et les maisons de quartier en sont des facilitatrices.

 

Le projet de Monstrueuse Parade, un des projets phares de l’édition 2017 du Festival Antigel, a reçu le soutien du Fonds d’appui à la cohésion sociale (FACS) de la FASe et de l’Office fédéral de la culture (OFC).

 

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/La-monstrueuse-parade-d-Antigel/story/31807772

© Steeve Iuncker-Gomez